Chrysalide Accueil Orientation

Lun > ven : 9h-12h, 14h-17h

Le Foyer d'Accueil Médicalisé

Anciennement connus sous le nom de « foyer à double tarification », le Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) appelé également établissement d’Accueil Médicalisé est un établissement médico-social ayant une reconnaissance officielle depuis la loi n°2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale (art. L 312-1 I 7 du Code de l’action sociale et des familles).

Les Foyers d’Accueil Médicalisé (FAM) ont vocation à accueillir et accompagner des personnes adultes lourdement handicapées sur le plan physique, intellectuel, psychique ou atteints de handicaps associés qui ne peuvent vivre seul et dont l’état d’autonomie ne permet pas d’exercer une activité professionnelle.

 

Les personnes accompagnées en FAM nécessitent la présence d’une tierce personne pour les accompagner dans la plupart des actes essentiels de la vie courante ainsi qu’une surveillance médicale et des soins constants.

 

Il s’agit donc à la fois d’une structure occupationnelle et d’une structure de soins. L’objectif de cet établissement est de donner à ces personnes une ouverture à la vie sociale, dans un cadre ayant un caractère familial et rassurant.

 

Les Foyers d’Accueil Médicalisés (FAM) accueillent des personnes avec un peu plus d’autonomie que les Maisons d’Accueil Spécialisées (MAS), mais les publics sont sensiblement les mêmes.

FAM

Missions et activités

Conformément au décret 2009-322 du 20 Mars 2009 relatif aux obligations des établissements et services accueillant ou accompagnant des personnes handicapées adultes n’ayant pu acquérir un minimum d’autonomie et à l’Art. D. 344-5-3 du CASF ; les FAM ont pour missions vis-à-vis des personnes qu’ils accompagnent de :

  • favoriser, quelle que soit la restriction de leur autonomie, leur relation aux autres et l’expression de leurs choix et de leur consentement en développant toutes leurs possibilités de communication verbale, motrice ou sensorielle, avec le recours à une aide humaine et, si besoin, à une aide technique,
  • développer leurs potentialités par une stimulation adaptée tout au long de leur existence, de maintenir leurs acquis et favoriser leur apprentissage et leur autonomie par des actions socio-éducatives adaptées en les accompagnant dans l’accomplissement de tous les actes de la vie quotidienne,
  • favoriser leur participation à une vie sociale, culturelle et sportive par des activités adaptées,
  • porter une attention permanente à toute expression d’une souffrance physique ou psychique,
  • veiller au développement de leur vie affective et au maintien du lien avec leur famille ou leurs proches,
  • garantir l’intimité en leur préservant un espace de vie privatif,
  • garantir un accompagnement médical coordonné garantissant la qualité des soins,
  • privilégier l’accueil des personnes par petits groupes au sein d’unités de vie.

 

L’accompagnement proposé fait l’objet d’un projet personnalisé en adéquation avec les besoins et les capacités de la personne.

L’accueil en FAM peut se faire en internat, en accueil de jour, en accueil temporaire et/ou séquentiel.

Financement

La création d’un Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) est autorisée conjointement par le Président du Conseil Départemental et par le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé (ARS). A ce titre, cet établissement est financé par la Sécurité Sociale pour le volet « soins », et par le Département pour le volet « accompagnement à la vie sociale ».

La personne accueillie participe à ses frais d’entretien et d’hébergement. La contribution aux frais d’hébergement sera déterminée en fonction de ses ressources. Toutefois, un minimum de revenus est laissé à sa disposition. Ce montant ne pourra pas être inférieur à 30 % du montant mensuel de l’Allocation pour Adulte Handicapé (AAH).

Dans le cadre de l’accueil de jour, les solutions de transport diffèrent selon les établissements. Pour connaître leurs modalités, veuillez solliciter directement l’établissement concerné.

 

Accès en FAM

L’accès à un FAM se fait sur orientation de la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). La CDAPH y oriente les personnes dont elle constate que le handicap :

 

  • les rend inaptes à toute activité à caractère professionnel,
  • rend nécessaire la présence d’une tierce personne pour la plupart des actes essentiels de l’existence,
  • impose une surveillance médicale et des soins constants.